Introduction

 

L'amour   ne   se   résume  pas   qu'à   un   acte   mental.

Derrière  le  comportement   amoureux,  les   chercheurs  

traquent le fonctionnement de certains états biologiques

comme   l'émotion,  le désir,  le plaisir   et  l'attachement.

Des   processus  qui,  associés  aux  messages  sensoriels

dessineraient  les  contours  du  sentiment  amoureux, et

provoqueraient  chez  nous  cette  sensation  de bien-être

recherché.  Tout  se  passe  au  niveau du cerveau qui est

composé  de  trois  parties,  dit  “triunique”. L'architecture

fonctionnelle  à  trois  étages  du  cerveau  et   le  rôle  des

structures  communicantes  diffèrent : le cerveau reptilien

qui  gère  les sensations, les automatismes et les fonctions

végétatives; le cerveau limbique qui produit les émotions

et  les  pulsions  et  constitue  le  siège  de  la  mémoire; le

néocortex   qui   contrôle   les   sentiments  et  les  activités

volontaires.   L’amour   n’échappe  donc  pas  au  contrôle

du  système  nerveux !  Pourquoi  alors  le   cœur  est-il le

symbole    de     l’amour    dans     le    langage    courant ?

Sans       doute     parce      que     son    emballement     est

perceptible  tandis  que  le  contrôle exercé par le système

nerveux   sur    la    fréquence   cardiaque    ne    l’est   pas.

Mais cet organe n’est autre qu’un muscle dont l’action est

directement dépendante de notre régie majeure, le cerveau.

L’amour devient tout à coup moins romantique mais c’est

bel et bien notre cerveau  qui  « décide » (presque  à  notre

place puisque c’est inconscient) sur qui nous  « flashons »

Nous exposerons tout au long de ce dossier quelles sont

 les réactions chimiques  produite s   au  sein    de   notre 

organisme  et   de   notre  système  nerveux  pendant  les 

diverses    phases   du   phénomène    de   l'amour.     Ces

phases comportent les étapes suivantes:


 Les premières affinités, avec parfois le phénomène du " coup

de foudre",  cet  état  souvent associé à des  démarches  de

séduction produit des effets au sein de notre organisme. 


  La passion amoureuseuse, qui se traduit par la sécrétion des 

hormones     du    désir     et    peut    être    mesuré à travers

" l'échelle de l'amour passionné ". Cette phase se concluant

généralement par le passage à l'acte sexuel.


  L'attachement à l'autre,    qui   entraîne   la production des

hormones   de   l'attachement, stimulant les mêmes  zones 

de  notre cerveau    que    certaines    drogues .   Aussi , le

rôle des aphrodisiaques dans  un  couple est de pimenter 

leur vie  sexuelle  et   briser   le   cycle quotidien  qui  s'est 

installé.


Et  pour  finir  le  sevrage  amoureux,  qui  crée  chez  nous  de

 nouvelles  émotions  telles  que  le  désarroi et l'impossiblité

d'assouvir  la   dépendance  à  l'autre,  sentiment    qui,   dans

certains cas,peut     aller    jusqu'à     une   addiction    souvent

 dangereuse.

 

 

 

amour-7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site