L'amour ne rime pas avec toujours

 

-Pourquoi l'amour peut ne pas durer éternellement ?


amourp-1.jpg

 

La phényléthylamine est l’hormone de la passion, la dopamine

un neurotransmetteur lié à la recherche du plaisir, l’ocytocine

la molécule de la tendresse et les endorphines celles du bien-être 

 

Au bout de trois années, notre corps pourrait s'habituer à la diffusion

de phényléthylamine dans notre cerveau et ses effets commencerait

à s'estomper.

 

Les effets de la dopamine dureraient au maximum six ans. Certaines

personnes ressentiraient du mal à vivre sans ressentir les sensations

que procure cette hormone et  neurotransmetteur, expliquant ainsi

les ruptures.

D’autres, ont la chance de passer au cocktail plus simple de 

l’ocytocine et des endorphines.


Il est certain que l'habitude, la vie commune, mais en fait la

connaissance même de l'autre, diminue souvent progressivement le

sentiment amoureux jusqu'à ce que la brillante flamme du

départ ne soit plus qu'une étincelle qui s'éteint.


Le  cerveau émotionnel  de chacun  fonctionn e selon   un rythme

d'activation différent, expliquant que certaines personnes peuvent

se lasser plus ou moins rapidement de quelqu'un.

Dans le système limbique, la « lassitude amoureuse »,  correspond

à une diminution de la  stimulation  du  système de  plaisir  qui

fonctionne peu à  peu de  moins  en moins  souvent.  Les  causes

en sont multiples : diminution du  nombre des  rapports sexuels, 

mais  également  des  événements  excitants  comme  les   soirées, 

les   sorties   imprévues,  la  disparition  aussi  du  plaisir ressenti

 à conquérir l'autre.

Tout cela contribue à unmême effet : le système de récompense

ne joue plus.

C'est la stimulation de tout le système de plaisir qui diminue et

avec elle la production des morphines naturelles.


Il se produit en effet avec les endorphines le même phénomène qu'avec toutes

les morphines :   l'accoutumance.  Afin  d'obtenir  un  même  effet  de  joie,

d'euphorie et de plénitude, la dose de morphine stimulantes doit être de plus

en plus grande.

Or l'organisme ne peut sécréter des endorphines de façon illimitée : il atteint

au bout d'un certain temps un palier maximal, qu'il ne peut dépasser alors

que de façon exceptionnelle.

 

D'autres ont la chance de passer au cocktail plus simple de l'ocytocine,

la molécule  de  la  tendresse,  et  des  endorphines,   les  molécules du

bien-être.

 

Ces couples ont réussi à compenser cette accoutumance aux endorphines

par  une  stimulation  régulière  du  système  de  récompense,  grâce   aux

synapses du plaisir

 

Ces   dernières   fonctionnent,   non   ave  des endorphines,  mais  avec  de

la dopamine.   Celle-ci     est     une     des     principales     catécholamines,

hormones    sécrétées   par l'organisme  dans toutes les situations de stress

C'est  pourquoi  le  renouveau,  la  surprise,  les  changements dans  la  vie

commune sont bénéfiques aux amoureux qui  commencent à  se lasser l'un

de l'autre.

 

      Savoir combattre l'accoutumance de

son système de plaisir, c'est savoir se servir de

« ces petits riens qui font tout ».

9 votes. Moyenne 4.44 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site